That winter, the wind blows

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

That winter, the wind blows

Ban

Genre : Mélodrame - Romance
Nombre d'épisodes : 16
Diffusion : du 13 février au 03 avril 2013 (sur SBS)

Oh Young (Song Hye Kyo) est aveugle, et héritière d'une grande compagnie. Depuis la mort de son père, elle vit seule et est à la tête de la fortune de son défunt père. Oh Soo (Jo In Sung) est un joueur et un playboy qui vit une vie dénuée de sens après avoir été abandonné très jeune par ses parents et par son premier amour. Dans le but de rembourser toutes ses dettes, Oh Soo se rapproche exprès de Oh Young, attiré par son argent. Il finit, pourtant, par tomber amoureux d'elle...
Source : Dramawiki

.. Casting ..

.. Galerie ..

01
02

.. Wallpapers ..

030405
060708
 

Commentaires   

#1 pooki 07-01-2015 20:41
Pas vu la série japonaise, bien aimé le film coréen (avec une fin adéquate).

Drama captivant aux ressorts très agrippants, la romance étant portée par des personnages attrayants au travers de thèmes sublimatoires.

Une trame remarquablement complexifiée dans une indéniable logique avec un scénario qui fait évoluer une diversité de personnages aux caractères bien trempés excellemment traités sur des caractéristiques psychologiques superbement exposées.

Bons dialogues, avec de judicieuses réflexions sur la consolation, le désir de vivre/mourir et l’oubli des autres, l’amour et l’obsession.

L’actrice principale est brillante, l’acteur central endosse parfaitement son personnage, un très bon casting d’ensemble, magnifique réalisation et belle photographie.

Un bémol, je n’ai pas apprécié le final :
L’idée de surajouter une fin alternative pour les aficionados en besoin de finalités romantiques satisfaisantes (me too) fussent-elles rêvées (je préfère le symbolique à l’instar du film), quelque part c’est futé et soulageant pour éviter la déprime, compte tenu du contexte délibérément mélodramatique de l’histoire (aucun des deux ne pouvant s’en sortir, la scénariste a fait le choix de la tragédie pour le protagoniste central, option trop insuffisante), mais j’ai trouvé le placage mauvais malgré que l’on puisse admettre, ainsi qu’il est expressément dit et exposé à diverses reprises : quand la vie s’apparente à une décharge d’ordures, parfois reste le recours à l’imaginaire de la rêverie (ou rêverie de l’imaginaire).

Psychologiquement très fascinant avec des résonances sociales habiles, mais il faut absolument refaire une autre série pour obtenir une version sur-améliorée.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Home Dramas Licenciés coréens That winter, the wind blows