Kill me, heal me

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

Kill me, heal me

Ban

Genre : Romance - Comédie - Médical - Mystère
Nombre d'épisodes : 20
Diffusion : du 07 janvier au 12 mars 2015 (sur MBC)

Suite à de lourds antécédents traumatiques subis dans son enfance, Cha Do Hyun (Ji Sung) un riche homme d'affaires, souffre d'un trouble dissociatif de l'identité.
Tour à tour, six autres personnages prennent possession de lui, sans qu'il ne puisse y faire grand chose. Il devient alors : Shin Se-Gi ; Perry Park ; Ahn Yo-Sub ; Ahn Yo-Na ; Nana et, enfin, le mystérieux Monsieur X.
Une jeune psychiatre en première année, Oh Ri Jin (Hwang Jung Eum) va s'occuper de lui. Dotée d'une personnalité limite borderline, où hyperémotivité et extravagance se côtoient sans cesse, celle-ci est plus qu'une autre à même de le comprendre et de l'accepter, tel qu'il est...
Source : Dogaru

.. Casting ..

.. Galerie ..

01

.. Wallpapers ..

020304
 

Commentaires   

#1 pooki 11-11-2015 12:48
Drama fantaisiste axé sur la thématique de multiplicité de personnalités en lien avec certains personnages, phénomène pas uniquement pathologique au sens strict défini en psychiatrie (dissociation) selon le cas du protagoniste central.
« - Tu as une division de la personnalité, dit-elle à son jumeau
- Je peux vivre une vie sûre et confortable en me définissant par différentes personnalités. Comme Dr Jekyll et Mr Hyde. »


En regard de la fracture inhérente à la majorité des individus de notre espèce, le scénario reste superficiellement flottant dans l’imaginaire. Le personnage du jumeau qui utilise cette pratique consciemment volontaire de division de sa personnalité fournit une raison aléatoire définie comme une « stratégie du cœur ». Un autre personnage, l’oncle fourbe, est défini au travers de ses déguisements par la grand-mère du protagoniste : « C’est sa stratégie. Plus une personne a des ambitions sombres, plus elle cache sa vraie nature. »

Drama attractif compte tenu de deux acteurs principaux que je trouve très agréables (vus dans Secret, drama très accrocheur). Avec le personnage interprété par l’actrice hystériquement surexcitée au départ, quel soulagement en constatant qu’elle se calme plus ou moins, aussi ai-je spécifiquement apprécié le passage adéquat cocasse lorsque son ravisseur lui scotche la bouche à bon escient, une réconfortante performance muette.

Très bonne idée que les protagonistes centraux soient dotés de « voix off », seulement dans la première partie bien dommage, leurs supposées pensées étant savoureuses avec mimiques appropriées.

Une scène fabuleuse à la fin de l’épisode 4 lorsque le protagoniste central est confronté à son image dans le miroir, objet-clé en psychothérapie du fait de sa fonction de réflexion. Scène fantastiquement symbolique, l’individualité coincée dans le reflet et ainsi au final dans l’objet est logiquement le sujet de la conscience et non pas sa projection, renversant.

Bien aimé lorsque la compatissante stagiaire en psychiatrie utilise une méthode radicalement efficace pour réveiller la personnalité appropriée : secouer énergiquement le patient en hurlant, déclenchant crise de larmes obligatoire avec appel à maman.

Une histoire distrayante dans un flou énigmatique à dormir debout qui tient essentiellement par la grâce du casting plus que par les bouts de ficelles du scénario.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Home Dramas Licenciés coréens Kill me, heal me